MEA - Le renouveau du châle

L’origine du châle remonte à l’Antiquité. Venu
d’Asie, il est introduit en Europe au XIIe siècle.
Dans ce haut lieu du tissage qu’est l’Italie, les tisserands
toscans imposent leur art. Leur savoir-faire
se perpétue encore de nos jours.
Sur notre continent, le châle, relégué aux
oubliettes pendant quelques décennies, est réapparu
sous la forme élégante du pashmina, ce
châle tissé issu de la laine d’une chèvre du même
nom, d’une finesse si absolue qu’on peut la faire
passer au-travers d’une bague, condition essentielle
pour porter le nom.

 MEA

MEA


Ça va de soi poursuit l’aventure en explorant le
châle comme élément essentiel de notre quotidien,
une pièce qui nous suit partout. Depuis longtemps,
ça va de soi rêve d’un châle quatre saisons, tissé,
d’une élégante simplicité, que l’on peut porter sur
une robe chic lors d’une soirée d’été, sur un jean
au bord de la mer, dans le confort de son chez-soi
ou en écharpe sur un manteau. Un châle si fin et si
léger que l’on peut le glisser dans son sac.
Pour donner vie à sa vision du châle parfait, ça va
de soi a choisi sa matière fétiche, le mérinos extrafin
super 140 de micron 16, un fil unique, souple et
brillant, qui s’adapte au corps et à l’environnement.
Elle a aussi choisi de retourner à l’essence du tissage,
en Toscane, dans une maison de grand renom où le
savoir se transmet de génération en génération.
Dans cette maison, chaque création est unique,
fruit d’une interprétation toute personnelle, que
l’on reconnaît dans le détail et la finition de bordure
notamment. Chaque pièce porte la « signature » de
son maître-tisserand, qui travaille encore à la main
selon une technique à la navette devenue rare parce
qu’extrêmement difficile.


Voici donc le châle parfait, signé ça va de soi, qui
vous est proposé dans un éventail de teintes sublimes.
Un grand rectangle de 200 sur 70 cm de laine ultrafine
qui, à l’instar du pashmina, se glisse dans un petit
anneau. Il deviendra vite pour vous un vêtement
essentiel, personnel. C’est pourquoi nous lui avons
donné le nom de Mea, à moi.